Travailler

J’aime bien travailler, mais ça dépend des jours.

Pour les jours où justement je n’aime pas trop travailler, j’ai « trouvé » une petite méthode pour me bouger le séant.

Rien de révolutionnaire mais c’est très efficace, pour les gens comme moi qui ont des troubles de la concentration aiment passer d’un projet à l’autre et surtout d’un onglet à l’autre.

La méthode Pomodoro, encore du bullshit de blogueur ?

Théorie

La méthode tomate promet de vous faire gagner en concentration et donc en efficacité.

En théorie, vous allez chronométrer des sessions de travail de 25 minutes entrecoupées de 5 minutes de pause.
Durant ces sessions, vous allez garder votre concentration sur une tache et tenter de la mener à bien en lui accordant 100% de votre attention.
Après chaque session, vous avez gagné 5 minutes de pause. Après 4 sessions vous gagnez une longue pause (30 minutes, une heure…)

Pomodoro

Pratique

Voilà comment je m’organise personnellement pour suivre cette méthode

1/ Matériel

J’utilise une application sur mon iPad Mini qui compte les Pomodoros de la journée et en fait des graphiques, ça nourrit mon instinct de compétition animal et ça me permet de voir un peu au fil des semaines où j’en suis.
Si vous ne voulez pas utiliser une tablette hors de prix pour servir de pauvre chronomètre, deux alernatives s’offrent à vous:

  1. Utiliser un site du genre http://tomato-timer.com/ pour vous chronométrer. Attention ça fait un onglet ouvert et c’est la porte ouverte à Twitter la procrastination.
  2. Utiliser un vrai chrono tomate de cuisine. Il faut simplement assumer d’avoir ça à côté de son canard et supporter les bruits strident.

2/ DailyLog.txt

J’utilise un fichier texte très simple pour noter tous mes pomodoros.
Il est formaté de la façon suivante:

dailylog

C’est très rapide à compléter, je note au fur et à mesure les pomodoros de la journée et leurs contenus.
Ça me permet de créer des shoots de dopamine au fur et à mesure que je vois que je dépile ma todolist.

Garder un historique permet également à mon cerveau de se rappeler l’enchaînement de telle ou telle étape, ce qui est plutôt pratique quand on revient sur un projet.

Je garde également en haut de ce fichier une Todo des prochaines taches à effectuer, ça me permet de:

  • Choisir une tache à effectuer quand la tache courante est terminé mais qu’il reste du temps
  • Noter les idées qui viennent durant les sessions mais qui ne peuvent être traitées tout de suite

A la fin de la journée, je transfère les items restants de la Todo vers Asana qui me permet de mieux prioriser et organiser.

3/ Distractions et pauses

A chaque début de session, il faut jouer le jeu et fermer Skype, Slack, Tweetdeck, Facebook, Gmail, Analytics, un soft comme Cold Turkey peut grandement vous aider à gérer votre dépendance. (Si vous ne pensez pas être dépendant, essayez Rescue Time et vous verrez que c’est le cas)
Il faut également bien penser à désactiver les notifications de votre smarphone, tablette, mug connecté et de toutes ces conneries aliénantes.

Les pauses courtes sont également l’occasion de vous détendre et de bouger un peu de l’ordinateur, ma suggestion est de profiter de ces 5 minutes pour faire l’amour, vous devriez même avoir le temps de prendre une douche.

Les longues pauses sont l’occasion de fuir votre ordi avec en tête le sentiment du travail accompli.

travailler

Bénéfices

Je travaille de cette façon depuis quelques semaines et j’y vois des avantages clairs:

  • Focus et concentration: le fait de se concentrer suffisamment longtemps sur la même tache permet d’être plus efficace et de progresser sur ce sujet au fur et à mesure, ça évite d’être un peu partout mais finalement nul part et de se sentir groggy à la fin de ce qu’on pense être une grosse journée.
  • Efficacité: Essayer, vous serez convaincu par la somme de travail que vous pourrez abattre avec 4 pomodoros successifs. Ça vous laissera plein de temps pour faire d’autres trucs épanouissants comme dégivrer votre frigo ou promener votre chien.
  • Séparation: je bosse pour l’instant de chez moi, je l’ai déjà fait déjà les premières années quand je dirigeais Pull Media et je sais que ça peut être compliqué de séparer travail et vie, avec cette méthode je sais que si je bosse le chronomètre est en route.
  • Estimation du temps des taches: je sais le temps que ça m’a pris de gérer tel type de tache (mon admin centrale de gestion des sites webs par exemple), si j’étais freelance ça m’aiderait surement pour la facturation.
  • Dépilage par lots: Un pomodoro de temps en temps de taches mécaniques comme déplier des mails ou faire sa compta permet de traiter ça efficacement (pardon pour tous les gens à qui je dois des réponses par mail, je n’y réponds plus que 2 fois par semaine) et de ne plus s’en préoccuper le reste du temps.
  • Ego: vous vous prenez pour un guru et vous faites des articles de blog à la con pour expliquer aux gens à quel point vous leur êtes supérieurs.

Etant donné que je bosse seul pour l’instant, je n’ai pas testé ce genre de technique dans une équipe ou pour en encadrer une, mais j’ai peu de doutes sur l’efficacité de la chose (notamment pour timer des réunions…).

Convaincus ?

7 commentaires

  1. Arnaud · janvier 14, 2016

    Pour compléter ton article, 2 petites choses:

    – Si vous êtes sur mac il existe une multitude d’application pomodoro sur l’appstore.
    – Pour tester votre dépendance aux réseaux sociaux, je suis partisan de http://www.proginosko.com/leechblock/, vous allez voir combien de fois par jours vous allez vous retrouver devant leur page de bloquage.

  2. Sylvain · janvier 14, 2016

    Salut,

    Comment tu fais si une tâche dépasse 25 minutes de travail ?

    • Yann · janvier 14, 2016

      Bonne remarque.

      Je bosse avec Asana depuis plusieurs années donc je suis partisan du découpage des taches en plus petites taches.

      Si malgré ça, la tache dépasse encore 25 minutes, je la met dans le pomodoro suivant et je bosse dessus, le plus souvent je saute la « pause » si je suis dans le flow et que j’ai besoin de continuer à bosser dessus (typiquement sur une problématique de dev ça m’arrive souvent étant donné que c’est compliqué à estimer…)

      • Sylvain · janvier 14, 2016

        Ok, faut que je regarde plus en profondeur Asana. Actuellement j’utilise Trello en Kanban (a faire / en cours / fait) ça doit revenir au même. Faudrait que je vois pour grouper/parser des taches. Merci pour les infos 😉

  3. Hosting · janvier 14, 2016

    Voici les derniers articles de mon blog. Comme toujours, vous y trouverez des conseils pour travailler sur internet efficacement, des articles sur le voyage, le nomadisme et la vie a l’etranger.

  4. Xavier · janvier 14, 2016

    Hello Yann,

    Je viens de débuter cette technique de travail depuis quelques semaines et je la trouve plutôt productive.
    Après 10 mois d’utilisation, continues-tu à utiliser cette méthode de travail?
    Quels sont tes retours positifs / négatifs à ce sujet?

    Merci pour ton blog, j’aime ton franc-parler 🙂
    Xavier

    • Yann · janvier 14, 2016

      J’utilise encore ça dès que je bosse.

      J’ai simplifié encore la partie « logs » de la todolist et j’ai ajouté une étape de planification le Lundi matin où je fais le tour de ce que je dois faire, je priorise et j’essaie de m’y tenir. Au final, j’ai vraiment gagné en efficacité en bossant comme ça, je bosse moins longtemps et je fais plein de trucs à côté du taf, ce qui est un progrès.

      Le négatif est toujours le même: avoir le courage de lancer le premier pomodoro pour entrer dans le « flow » et commencer à dépiler plutôt que de glandouiller sur du multi-onglets 🙂